Du tri dans nos poubelles

En juin 2020, l’USTOM a lancé une étude afin de déterminer la quantité de biodéchets (restes alimentaires et déchets verts) qui pourraient être revalorisés sur le territoire.

C’est dans ce cadre-là, que toute la semaine dernière, des recherches minutieuses ont été faites dans nos ordures ménagères. Un regard à la loupe de nos déchets est posé !

 

Nos poubelles d’ordures ménagères disséquées

Tels des archéologues, une équipe spécialisée dans la caractérisation des déchets a œuvré pour déterminer ce que l’on trouve dans nos poubelles.

Les résultats précis n’ont pas encore été dévoilés mais les constats sont flagrants (cf photos) !

Des plaquettes de médicaments, des bouteilles en verre, de la viande encore sous emballage, des vêtements, des boites de conserve…

Seul des déchets ultimes doivent être présents dans le bac d’ordures ménagères, c’est-à-dire ceux qui ne peuvent plus être réutilisés ni revalorisés. Il faut savoir que tout ce qui est jeté dans cette poubelle est ensuite enterré dans un centre d’enfouissement agréé.

Ces erreurs de tri coûtent cher pour tous les usagers : chaque tonne enfouie fait l’objet d’une taxe spécifique (TGAP) que l’Etat a prévu d’augmenter drastiquement dans les années à venir

C’est pourquoi il est important de trier afin que chaque matière puisse être recyclée. Beaucoup de moyens existent et notamment, les nouvelles consignes pour le tri des emballages.

 

Le tri se simplifie dans nos bacs jaunes

L’actualité sanitaire a un peu balayé cette bonne nouvelle mais depuis mars 2020, pour les habitants collectés par l’USTOM, tous les emballages ménagers sont à mettre dans la poubelle de tri.

Fini le casse-tête pour trouver l’information sur l’emballage et les débats sur les différents plastiques.

Maintenant, le tri c’est facile : si c’est un emballage, on le met dans le bac de recyclage !

Découvrez les nouvelles consignes dans la vidéo ci-dessous

 

Tous les textiles ont aussi le droit au recyclage

Qu’ils soient trop petits, plus à notre goût, troués, déchirés, à mémé, chaussette esseulée… tous les textiles méritent une deuxième vie.

Et pour cela, plusieurs solutions sont à disposition :

La Recyclerie à Pessac sur Dordogne permet aux vêtements en bon état de trouver un nouveau propriétaire et les 6 déchèteries de l’USTOM sont équipées de bornes « Le Relais ». Les vêtements doivent être déposés propres, secs et dans une poche.